J’ai testé pour vous… faire du saut en parachute !

Sauter d’un avion à plus de 4 kilomètres d’altitude et se laisser tomber pendant près d’une minute. Pour certains, c’est une source d’angoisse, pour d’autres, un shot d’adrénaline… Pour moi, c’était un peu des deux: un projet un peu fou, histoire de repousser mes limites en me faisant gentiment peur. Mais grâce à Parachute Montréal, ce projet s’est concrétisé ! Oui, j’ai fait un saut en parachute et j’ai aimé ça.

Si l’envie de sauter en parachute me titillait depuis longtemps (vous savez, ce projet un peu fou qu’on se note sur une liste de « choses à faire » dans sa vie ?), je n’avais pas encore eu l’occasion de sauter le pas (pun intended). C’est finalement en réfléchissant à un cadeau d’anniversaire pour mon chéri (un brin casse-cou) que j’ai décidé qu’il était temps. Bah oui, je ne pouvais pas lui offrir un saut en parachute et le laisser y aller seul !

Choisir son saut en parachute

Pour ce double cadeau, j’ai misé sur la société Parachute Montréal, qui est situé à moins d’une heure de Montréal et qui propose pas mal de forfaits: saut à 9000 pieds d’altitude, à 13500 pieds, en semaine ou le week-end. J’ai opté pour deux forfaits à 13500 pieds en semaine, mais sans le forfait photo/vidéo. Une façon d’étaler un peu les dépenses, puisqu’on peut aussi payer les 105$ de vidéo le jour même.

Il existe aussi un saut « extrême » à 18000 pieds, avec oxygène !

Une fois les certificats cadeaux achetés, il suffit d’appeler au minimum une semaine en avance pour réserver son horaire. À savoir que vous devez vous libérer environ 3 heures (il y a bien deux heures d’attente puis une heure d’avion + saut). On vous demande 50$ de caution, qui vous est remboursée le jour même ou déduite de votre forfait vidéo.

Une équipe compétente pour un saut sans stress

Lorsque vous arrivez à Parachute Montréal, on règle les dernières dépenses, on vous pèse (c’est mieux pour s’assurer que le parachute tiendra, non ?), on vous passe une courte vidéo de formation et on vous fait signer l’habituelle feuille de décharge (un peu angoissante, mais en même temps, on connaît les risques !).

Après ça, il faut patienter (longtemps) avant que votre tour arrive, mais ça permet de regarder un peu comment ça se passe pour les autres. La montée dans l’avion, l’avion qui prend de l’altitude, puis l’atterrissage des participants. Quand enfin, votre tour arrive, on vous désigne votre instructeur, qui vous aide à enfiler la combinaison et le harnais, mais qui surtout, parle avec vous pour vous détendre et vous montrer qu’il n’y a rien à craindre.

Mon instructeur, Raphaël, a su me mettre à l’aise en me faisant parler de tout et de rien, de mon travail, de pourquoi j’avais choisi de sauter en parachute, etc. Il m’a expliqué les règles de sécurité et m’a guidé dans les étapes. J’ai ensuite rencontré la personne qui allait me prendre en photo et me filmer pendant mon saut !

Lâcher prise

Quand enfin, il fut l’heure de monter dans l’avion, le stress est monté d’un cran. Forcément, on voit le sol qui s’éloigne, qui s’éloigne… Tout au long de cette prise d’altitude, les instructeurs vérifient que tout le monde va bien et nous indique à combien de pieds on est. Et c’est long d’atteindre 13500 pieds.

Mais voilà, il est déjà temps de sauter ! Une vraie décharge d’adrénaline, même si je dois l’avouer, je n’étais pas très à l’aise. D’ailleurs, ça se voit sur la vidéo: pendant les 50 secondes de saut, je reste figée dans la même position, et l’instructeur doit même me taper plusieurs fois sur l’épaule pour que j’ouvre enfin les bras. Si je n’ai qu’un conseil à vous donner, c’est de vous amuser à faire plusieurs poses devant la personne qui vous filme. Mon copain s’est éclaté (à faire le Superman, le penseur, etc) et sa vidéos et ses photos sont vraiment drôles !

Le moment le plus stressant pour moi ? Le passage de la chute libre, au déploiement du parachute. Ça ralentit fort, et je me souviens avoir vu pas mal de petites étoiles. Pas de panique, on respire tranquillement, on regarde le paysage et ça passe vite.

Encore une fois, mon instructeur a été parfait: il s’est adapté à mon comportement et après une petite vrille (pour me montrer tout ce qu’on peut faire en parachute), il s’est contenté de me décrire le paysage, etc… Votre instructeur vous proposera aussi de contrôler vous même le parachute pendant quelques secondes, mais j’ai préféré le laisser faire.

Sauter en parachute: une expérience à vivre !

En résumé, je suis ravie d’avoir fait appel à Parachute Montréal pour mon tout premier saut. Certes, c’est une dépense importante, mais je pense honnêtement que ça les vaut: on est entouré de professionnels drôles ET rassurants, qui nous guident tout au long de cette expérience unique.

D’ailleurs, je ne m’interdis pas de retenter l’expérience un jour…

Parachute Montréal: 29 Route 125, Saint-Esprit, Québec, J0K 2L0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *